La sonde XRITE i1 display pro

 
Suite à notre article récent sur la sonde de calibration Colormunki, nous avons décidé de tester la i1 Display pro, toujours de la marque X-RITE.
 
Ce colorimètre permet l’étalonnage et la caractérisation de l’écran (et aussi les vidéoprojecteurs) d’une manière un peu plus complète que la Colormunki. Vous pourrez ainsi comparer ces deux outils qui ne sont pas destinés tout à fait aux mêmes utilisateurs. Nous l’avons rappelé la dernière fois, la nécessité d’un bon et régulier étalonnage.
Il permet un confort de travail, mais surtout un meilleur traitement et contrôle de votre production. Le test a été effectué sur le même matériel que la sonde Colormunki : écran Lacie 324i dont les réglages ont été réinitialisé sur un mac pro.
 
Prise en main :
Notre boîte contient : 
  • un CD d’installation du logiciel i1 profiler 
  • un guide de démarrage rapide
  • l’instrument i1 display avec sa connectique USB et son contrepoids intégré.

 

 

La sonde est munie d’un diffuseur ambiant de couleur blanche. Un bras pivotant (à soulever légèrement) qui permet d’enclencher le diffuseur sur l’optique de mesure. La sonde tient dans la main et est donc facilement transportable. Le câble USB est intégré et possède un contrepoids coulissant. Un pas de vis permet de l’installer sur un pied pour réaliser si besoin la calibration d’un vidéoprojecteur. Une diode blanche permet de confirmer que la sonde fonctionne. Un peu de tissu type velours recouvre la partie destinée à être contre l’écran afin de ne pas risque d’abîmer celui-ci.
 
Installation du Logiciel i1 profiler
 
Tout est inclus dans le CD d’installation. Une mise à jour peut être nécessaire en fonction de votre configuration. Rien de bien méchant. Notons tout de même que l’espace disque nécessaire est de 780 Mo.
I1 profiler est une suite de calibration multi sorties. Nous allons nous intéresser de notre côté uniquement aux fonctionnalités les plus souvent utilisées par les photographes, la calibration d’écran. L’interface est claire et nous retrouvons sur la gauche de chaque page des aides clairement détaillées.
 
Etalonnage de l’écran :
 
2 possibilités s’offrent à nous : un mode « de base » et un mode avancé. Il est possible de calibrer les mêmes appareils mais avec évidement plus ou moins d’options comme le suivi, le choix de la température de couleur et l’uniformité d’écran … Selon le mode choisi, les options seront plus ou moins nombreuses.
 
   
 
En mode de base, nous serons guidés à travers 4 grandes étapes :
- choix des paramètres écran (point blanc, luminance, etc...)
- réglage de son écran
- mesure à l’aide de la sonde
- création du profil ICC.
La calibration d’un écran en mode avancé se passe en 6 étapes :
- choix des paramètres écran (point blanc, luminance, etc)
- choix de paramètre du profil
- choix du jeu de patch
- réglage de son écran
- mesure à l’aide de la sonde
- création du profil ICC.
 
Mode de base :
 
C’est clairement le mode simplifié. Pour une caractérisation rapide.
 
 
 
Le premier onglet concerne les paramètres de l’écran. Celui-ci est détecté automatiquement. Nous avons ensuite l’option de réglage de la valeur du point blanc et de la luminance. Notons que la sonde et le logiciel permettent la calibration des dalles à diode blanche tel que les iMac et Macbook Pro très répandus et qui ne sont pas évidents à calibrer du fait de leur vitre en verre et de la technologie LED. Ainsi que la possibilité de faire un contrôle actif de la lumière ambiante.
 
 
 
En mode de base nous n’auront dès lors plus qu’à lancer l’étalonnage en plaçant la sonde sur l’écran. Nous sommes guidés dans l’action.
 
 
La mesure de luminosité se fait en premier, nous ajustons manuellement l’écran depuis son menu. La phase étalonnage peut ensuite être lancée et ne prendra que 2 minutes car le jeu de patch par défaut ne propose « que » 119 couleurs. L’option de contrôle automatique de l’écran (ADC) est prévue pour certains écrans (Apple™ y compris) qui possèdent peu de réglages. Avec la fonction de réglage de la luminosité manuelle activée nous réglerons manuellement la luminosité et les contrastes depuis le menu de notre écran.
 
 
Nous pourrons par la suite simplement enregistrer notre profil (directement dans le dossier de l’ordinateur). Un rappel de caractérisation peut être programmé. Un avant/après complet est disponible. Cette solution nous aura pris quelques minutes et est très confortable.
 
    
 

Le mode avancé :

Dans la page d’accueil nous avons déjà accès à plusieurs procédures supplémentaires (à gauche de l’écran). En plus de la caractérisation de l’écran, nous pouvons en vérifier la qualité et son uniformité. Sans rentrer dans les détails, ce sont des fonctionnalités très intéressantes et qui fonctionnent bien. C’est un plus indégnable.
Si ce mode peut paraître d’un premier abord complexe, Xrite™ à pris soin de rendre accessible les réglages en exprimant les valeurs normé par une annotation « par défaut ». Ainsi l’utilisateur pourra modifier les valeurs qu’il souhaite et qu’il comprend sans avoir à changer celle qui lui sont inconnues.
 
 
 
 
Le premier onglet reste sensiblement le même que dans le mode basic. Deux options supplémentaires sont proposées en mode avancé : l’une permettant de choisir le rapport de contraste, l’autre mesurant les lumières parasites sur les écrans réfléchissants. Nous avons aussi la possibilité de charger nos réglages suite à une calibration déjà effectuée, ce qui peut s’avérer très utile avec plusieurs écrans et si l’on travaille sur plusieurs lieux.
 

Une fois le premier onglet passé, le second concerne les « paramètres des profils ». C’est ici que l’on accède notamment aux réglages du gamma. Nous avons également l’accès au choix de notre adaptation chromatique, le type et la version du profil ICC. Cette partie est dirigée vers des utilisateurs experts et répond à des besoins très particuliers. Dans notre cas, nous avons laissé tout ces paramètres par défaut.

Le troisième onglet est pour le jeu de patch. Contrairement au mode de base, nous pouvons choisir le nombre de couleur à mesurer : de 119 à 478 par défaut. Mais également d’en ajouter un et enfin d’en créer un à partir d’une photographie. Nous pouvons également charger un réglage déjà défini et préalablement enregistré.

   

La mesure reste identique aux mode basic, son temps sera déterminé par le nombre et la taille des patchs que vous aurez préalablement choisis. La mesure reste du même type qu’en mode basic.
Nous accédons enfin au cinquième onglet qui nous permet d’enregistrer notre profil ICC. Il est possible de programmer un rappel de la caractérisation, mais également un contrôle fréquent de la luminosité et de la lumière d’ambiante.
 
 
 
 
Lorsque notre profil a été enregistré, il est possible de faire une comparaison avant/après. La vision 3D de l’espace couleur LAB est disponible. La vision par courbes est également proposée et permet de voir les corrections des canaux RVB entre les valeurs 0 et 255. Ces options séduiront les utilisateurs experts.
Il est également possible de voir l’ajustement à partir d’une image témoin. Notons que de nombreuses images sont proposées avec plusieurs gamme de couleur (y compris dans le mode basic) et permet de se rendre compte assez finement de ce que nous avons pû faire comme réglages.
 
 

Bilan :

Cette sonde et son logiciel i1 profiler semble d’un premier abord plutôt complexe. En réalité ce logiciel offre des fonctions que nous qualifierons plutôt de complète et qui séduira aussi bien les utilisateurs qui souhaitent effectuer une caractérisation et une calibration rapide, que ceux qui souhaitent pouvoir réaliser plusieurs profils de manière très poussé et d’avoir un contrôle complet de leurs valeurs.
 
Kelvin apprécie :
  • la taille de la sonde : petite, légère, donc facilement transportable.
  • la qualité du logiciel i1 Profiler, très complet, permettant un réel contrôle de sa calibration.
  • les notes d’aide sur chaque fonctionnalité et choix depuis le logiciel.
  • la possibilité de calibration des écrans LED et à vitre avec reflets.
  • les informations précises de comparaisons avant/après.
Nous aimons moins :
  • La complexité de certains réglages qui peuvent dérouter.
  • L’absence d’effet de transparence pour la vue Avant/Après 3D du profil dans l’espace couleur LAB.
 
Configuration minimale :
Windows Vista/7 (32/64 bit)
Mac OS X 10.5.8 / 10.6 / 10.7
Espace disque minima : 2Go.
RAM : 1024 Mo
 
 
 

Produit(s) de cet article

Par Romain Chambodut, le 02/12/2013 | Catégorie : Test produit