Torche Elinchrom D-Lite RX4 & émetteur Skyport HS Plus

Nous souhaitons vous présenter un article de Nicolas Meunier, traitant du D-Lite RX4 Elinchrom, paru dans le n° 385- juillet 2016 de Chasseur d’images.

Avant de vous laisser découvrir son article, sachez que si vous tombez amoureux de ce produit, il est en vente chez Kelvin-pro !

Se lancer dans la photo de studio représente un investissement de départ conséquent, entre les fashs, modeleurs, télécommandes, pieds, etc... De peur de se tromper, beaucoup vont vers les solutions qui apparaissent les plus économiques. Je suis bien placé pour en parler, car toutes les erreurs qui sont évoquées dans les lignes qui suivent, je les aient faites !

La source lumineuse la moins chère est l’éclairage halogène de chantier, mais il vaut mieux l’éviter : la température de couleur est affreuse, la chaleur dégagée vite intolérable et la lumière très mal modelée. Si on cherche à faire des économies, on peut être tenté de se tourner vers les flashs cobra, mais cette solution n’a pas mes faveurs. Pour plusieurs raisons :

  • Sans lampe pilote, il est difficile d’apprendre à placer les sources de lumière
  • A pleine puissance il recycle lentement 
  • L’alimentation sur pile demande une manutention régulière durant la séance : il faut remplacer régulièrement les piles ou les accus
  • Un cobra affiche, dans le meilleur des cas, une puissance d’une cinquantaine de joules (contre 100 à 3 000 pour les flashs de studio).

Bref, mieux vaut se tourner vers des flashs de studio d’entrée de gamme.

Première solution…

Première solution : les flashs de marques « exotiques ». Vendus surtout sur Internet, ils ne sont pas chers mais pâtissent d’un manque de suivi. Que se passera-t-il quand vous aurez besoin du SAV ? Car, même en traitant votre flash de studio avec le plus grand soin, vous aurez besoin, un jour ou l’autre (dans six mois ou dans dix ans), de changer une lampe pilote, un tube éclair ou des condensateurs. Tant que la garantie est active (s’il y en a une) tout devrait bien se passer, ensuite ce sera plus délicat. Acheter des tubes éclair par précaution est une mauvaise idée. les tubes se dégradent en vieillissant et quand vous en aurez besoin, leur durée de vie risque d’être très courte. Un flash est un produit périssable, comme le sont les accessoires, les modeleurs, les télécommandes, etc.

Pour ces raisons, on conseillera plutôt les flashs de marques réputées. Ils proposent souvent une large gamme, dont des modèles économiques. Leur présence sur le marché depuis de longues années garantit que votre produit sera suivi et que vous pourrez évoluer dans la gamme sansavoir à tout racheter. Qui dit marque connue sous-entend prix élevé. C’est souvent le cas mais il existe heureusement des exceptions.

Elinchrom D-Lite RX4

La gamme D-lite existe depuis neuf ans, elle a connu des évolutions au fil du temps, mais on trouve facilement un tube éclair ou une lampe pilote pour un ancien modèle. Les accessoires du D-lite sont compatibles avec les autres modèles Elinchrom, vous pouvez donc investir en douceur. Et si vous découvrez que le studio n’est pas fait pour vous, il sera toujours possible de revendre le matériel dans de bonnes conditions.

Les prix serrés affichés par la gamme D-Lite induisent forcément des compromis, mais ce sont des compromis qui me plaisent : les sacrifices sont faits sur la durée d’éclair (de l’ordre de 1/1000 de sec quand les ténors sont parfois à moins de 1/10 000 de sec), la vitesse de recyclage ou le bruit de ventilation (la lampe pilote chauffe), mais la qualité de la lumière est préservée (température de couleur stable).

La plage de variation de puissance est réduite : 4Il (diaphragme) quand la majorité des flashs modernes se règlent plutôt sur 7-10 Il.

A noter que le D-Lite RX n’a pas droit au raffinement électronique les plus modernes, comme la mesure TTL ou la synchro HSS. En complément des flashs compact, Elinchrom propose une large gamme de télécommandes disposant de fonctions variées. Selon votre budget et vos besoins, vous pouvez choisir un modèle plus ou moins évolué. Vous pouvez aussi vous en passer et déclencher par câble. Les plus simples se limitent au déclenchement de l’éclair, d’autres peuvent gérer des groupes, ajuster la puissance ou allumer la lampe pilote.

Depuis peu, Elinchrom propose le Skyport HS Plus : Une télécommande qui existe en version Canon™, Nikon™ Olympus™ ou Sony™. Elle est spécifique à chaque marque car, bien que dépourvue de mesure TTL, elle utilise le pré-eclair de mesure TTL pour la synchro haute vitesse (HS).

Habituellement les flashs cobra travaillent en mode HSS (au-delà de la vitesse de synchro classique) en envoyant une succession de petits éclairs brefs. Elinchrom procède autrement et s’appuie sur un « défaut » de certains de ses flashs : la longue durée de l'éclair à pleine puissance(1/600 de sec). La télécommande profite du pré-éclair TTL pour déclencher le flash avant l’ouverture de l’obturateur et l’éclair, très long, permet d’exposer le capteur pendant tout le balayage des rideaux.

L’utilisation du D-Lite RX4 en studio

Pour tester l’Elinchrom, je passe l’après-midi avec Marion, gymnaste et cosplayeuse, ainsi qu’avec un kit D-Lite RX4 (2 RX4, 1 réflecteur parapluie, 1 petit parapluie Elinchrom, 1 réflecteur 21 cm plus nid-d’abeilles & 2 pieds), livré dans deux sacs de transport fort pratiques. A cet ensemble, j’ai ajouté la nouvelle télécommande Skyport Plus HS plutôt que celle fournie par défaut. Au programme : un petit test du kit D-Lite RX4 en utilisation standard, puis nous tenterons de capturer des mouvements rapides à l’aide de la Skyport HS.

Mon but est d’examiner les limites du kit pour déterminer s’il est fait pour vous. C’est à l’usage qu’on prend conscience de ses besoins. Une seconde et trois dixième de recyclage, c’est court sur la notice, mais pour saisir un instant furtif…cela peut sembler une éternité !

Avec un sujet statique

Commençons simplement par une photo de Marion en pied, avec le D-Lite RX4 et un parapluie montés sur pied. Beaucoup affirment qu’il faut deux flashs et/ou un grand modeleur (au moins 1,50 m) pour éclairer correctement un modèle en pied…il n’en est rien.

Un parapluie arrose large et l’intensité lumineuse diminue en s’éloignant du centre, nous allons mettre à profit cette caractéristique pour éclairer notre sujet. Le parapluie, placé très haut (2 à 2,40m), pointe vers les pieds du modèle. La lumière dans l’axe du parapluie (plus puissante) a un long chemin à parcourir, alors que la lumière périphérique (plus faible) est proche du visage du modèle. On obtient ainsi une lumière assez uniforme. Je vous renvoie à mon article sur les multiples possibilités offertes par l’utilisation d’un flash unique (C.I. n°361), il est toujours d’actualité.

Un D-lite avec réflecteurl et parapluie coûte moins cher qu’un flash cobra de marque et couvre de nombreux besoins…à méditer. Attention, Les flash Elimchrom utilise une fixation de parapluie de Ø 7 mm, alors que la norme est plutôt de 8 mm. A vérifier avant d’acquérir un modèle d’une autre marque. On peut utiliser la fixation de la rotule, compatible avec tous les diamètres, mais éloigner le flash de l’axe n’est pas idéal, surtout avec un petit parapluie.

Les D-Lite sont alimentés sur secteur. C’est une contrainte, mais au moins n’a-t-on pas à se soucier de l’autonomie : un point important quand on est en phase d’apprentissage. La lampe pilote vous aidera à placer votre source. Elle est puissante, mais la ventilation évite qu’elle chauffe. Le bruit de la ventilation devient vite très présent. Oubliez les D-Lite pour la vidéo, ils ne sont pas faits pour ca.

Les RX font mieux que les anciens D-Lite qui se mettaient en protection thermique (arrêt du flash) quand ils étaient chauds. Ici l’intervention de la ventilation, même bruyante, permet de garder le flash actif. Vous pouvez poursuivre votre séance…il faut juste parler plus fort ! La variation de puissance, restreinte à 4Il, peut sembler assez chiche. Dans le passé, avec un boîtier limité à 200 ISO c’était un problème : aujourd’hui, avec un appareil qui descend à 100 voir 50 ISO et offre d’excellents résultats à 400 ISO, la sensibilité compense la faible amplitude des D-Lite.

Sans télécommande HS, vous êtes bloqué par la vitesse de synchro. N’espérez pas travailler à f/1,4 avec un D-Lite RX4 de 400 Joules, mieux vaut se tourner vers un RX One de 100 Joules. La plage de puissance limitée a un bénéfice : la température de couleur est plus facile à maintenir. Le D-Lite RX ne souffre pas des instabilités de TC contrastées sur l’Indra 500 (C.I. n°381). On photographie sans avoir besoin de vérifier l’image, c’est agréable.

L’Elinchrom D-Lite RX ne déclenche que lorsque les condensateurs sont complètement chargés. Si le flash part, c’est qu’il est « chargé » et que l’exposition est bonne, sinon il ne part pas. Un plus pour la tranquillité d’esprit. Bien entendu, un flash haut de gamme, Profoto D1 par exemple, possède une large plage de réglages, une température de couleur parfaite et il enchaîne les éclairs bien plus vite… mais ces caractéristiques ont un coût (1 100€ contre 3 000€).

Si vous savez être patient et acceptez certaines limitations, le D-Lite se comporte très bien. Pour notre portrait en pied, il ne nous a posé aucun problème.

Avec un sujet dynamique

D’après Elinchrom, avec l'emetteur Skyport HS Plus, le D-Lite RX4 peut travailler jusq'au 1/8 000 de sec. Il est grand temps de le mettre à l’épreuve… Marion n’est pas gymnaste pour rien !

Dès l’allumage d’un flash Elinchrom, l'émetteur  Skyport HS Plus affiche sur son large écran le modèle et les réglages du flash trouvé. Il est possible de régler l’intégralité des paramètres du D-Lite RX4 depuis la télécommande et de nouvelles fonctions peuvent être ajoutées à certains flashs anciens. Selon le flash utilisé, le dialogue est plus ou moins évolué. Avec le D-Lite RX4, un changement de puissance depuis la télécommande peut réclamer plusieurs secondes. Le skyport HS attend confirmation de l’ordre avant de déclencher (avec un flash récent haut de gamme, l’acquiescement est immédiat).

Pour notre première photo en mouvement, Marion propose une rotation avec rubans. C’est intéressant car pour que les rubans forment de jolies arabesques elle doit tourner vite. Je règle ma lumière avant que Marion se mette à tourner…et là, surprise. D’habitude la règle est simple : vitesse et ouverture sont liées. S’il faut 1/250 de sec à f/11, il faudra 1/500 s à f/8, etc. Ici la règle ne s’applique pas. Le système HS éclaire tout le capteur, mais la quantité de lumière n’est pas liée au temps de pose. Ainsi, avec le D-Lite à pleine puissance, j’ai pratiquement la même exposition que le temps de pose soit de 1/8000 de sec ou de 1/4 000 de sec.

Autre constat : avec le D-Lite RX4 à pleine ou demi-puissance, le système HS fonctionne à toutes les vitesses, mais des ombres apparaissent aux puissances plus faibles. Le système HS nécessite un long éclair, or, aux puissances réduites l’éclair est court (le défilement de l’obturateur dure plus que l’éclair). Pour cette même raison (éclair bref), le D-Lite RX One est incompatible avec le système HS.

Une fois la bonne exposition trouvée, Marion commence à tourner mais trop vite pour moi. Je ne déclenche que toutes les 1,5 secondes, car je dois attendre que le D-Lite, utilisé à pleine puissance, se recharge. Même la chance n’est pas de mon côté. Marion effectue soixante tours sur elle-même (quelle patience !) et, malgré cela, aucune de mes photos ne parvient à saisir la bonne attitude du bon moment.

Le Skyport HS Plus fonctionne correctement mais le délai de recyclage à pleine puissance m’a empêché d’obtenir d’image désirée. Ayant une obligation de résultat, je sors mon Profoto D1-500 qui enchaîne des rafales rapides de 4 éclairs (avec mon Nikon, le HSS fonctionne  de 1/1 à 1/4 de puissance). En deux minutes j’ai mon image. Après une pause et un changement de tenue, nous nous essayons à la photo de sauts. Là, il faut capturer l’apogée du mouvement. Le moment est plus facile à anticiper et il me suffit d’une dizaine d’essais pour obtenir l’image désirée, parfaitement figée.

En sport, on distingue les mouvements prévisibles où, une fois appréhendé le geste du sportif, une image suffit (exemple typique : la balle dans la raquette au tennis), et les actions difficiles à lire qui imposent des rafales rapides. Clairement, il faut réserver le système HS à ce qui est prévisible. Le Skyport HS a une autre utilité que la saisie de mouvements rapides. Comme il n’exploite qu’une partie de la puissance lumineuse, il permet de travailler à grande ouverture. La limite basse du RX4 est de 25 joules, mais grâce au système Skyport HS on peut travailler avec un diaphragme ouvert…à pleine puissance !

Les résultats

L’examen des images me montre qu’à la vitesse de synchro-X (1/250 de sec), quand le système HS est inactif, le rideau donne une ombre légère sur mes photos. Cette ombre disparait au 1/160 de sec ou quand j’active le HS (en passant au 1/320 de sec & plus). 

En mode HS, l’exposition globale est bonne, mais rarement uniforme. Je note des écarts de 0,5 à 2,5 Il entre le haut et le bas de l’image. Pour avoir une exposition uniforme il faudrait que la courbe d’éclairement du flash soit linéaire, ce qui n’est pas le cas. Dans ses gammes professionnelles, Elinchrom propose des têtes flashs spécialement étudiées pour le mode HS, offrant un éclairage plus régulier.

Le Skyport HS Plus donne un coup de jeune à des flashs parfois anciens qui peuvent alors dépasser la vitesse de synchro-X, mais cette solution est moins stable et précise que les systèmes HSS des flashs dédiés. Si vous avez un flash Elinchrom, contactez un revendeur pour vérifier la compatibilité de vos flashs avant d’acheter un Skyport HS Plus car elle varie selon les modèles. Avec un flash d’entrée de gamme le système HS fonctionne mais reste imparfait. Avec un Elinchrom haut de gamme, c’est impeccable, mais l’avantage du prix modique disparaît. D’autres solutions HSS existent d’ailleurs et elles disposent en plus du TTL.

Grâce au Skyport HS Plus, la gamme Elinchrom est un peu plus attractive, mais cette solution n’égale pas celle des flashs modernes haut de gamme. La haute vitesse n’est pas un argument décisif, d’ailleurs le Skyport HS Plus n’est pas livrée en série, ce n’est qu’une option pour qui veut aborder la haute vitesse. On peut discuter l’intérêt de l'émetteur Skyport HS Plus, mais pas celui du D-Lite RX, excellent flash d’entrée de gamme. Certes, il sera difficile à exploiter dans un cadre professionnel, mais il n’est pas prévu pour cela…même si pas mal de pros ont un kit D-Lite en dépannage dans le coffre de la voiture et que d’autres l’utilisent en complément de flash haut de gamme pour l’éclairage du fond.

Technologiquement le D-Lite est un peu dépassé mais les caractéristiques essentielles sont présentes : une denrée rare dans cette gamme de prix. Une fois contaminée par le virus des flashs de studio, vous aurez aussi envie d’utiliser le D-Lite en extérieur. Elinchrom s’est justement associé à Innovatronix pour proposer du 220 V sur batterie. C’est plus encombrant et moins pratique que les flashs autonomes d’origine, mais cette solution permet d’investir progressivement.

La gamme D-Lite d’Elinchrom est à mes yeux l’une des meilleures pour s’initier au studio. L’investissement est modéré mais durable, et vous pourrez en temps voulu le revendre correctement ou le compléter avec des produits plus haut de gamme.

 

Produit(s) de cet article

Par Kelvin, le 10/03/2017 | Catégorie : Test produit